Les vocations à un tournant

From SPIRIN
Jump to: navigation, search
Project Religieus Leven
Project Religieus Leven/Ontwikkelingen binnen het roepingenwerk
Jakob en de Engel.origineel.jpg

Les vocations à un tournant

Pierre Humblet




Les vocations à un tournant


Pierre Humblet Tom Boesten   2009misc


(Résumé d'un) Exposé sur le phénomène que de plus en plus de personnes ayant une vocation à la vie religieuse, découvrent la KNR comme centre d'information et d'orientation – à lóccasion de la rencontre d'une délégation de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique avec la KNR, 8 mai 2009. Texte plus complète en Néelandais: Roeping op een keerpunt.

Contexte

De plus en plus de personnes ayant une vocation à la vie religieuse, ou bien croyant qu'elles ont une vocation, découvrent le centre d'information et d'orientation qu'est la KNR. Il y a dix ans, la demande des renseignements sur ce sujet était prèsque non-existant. Au cours de l'année 2008, j'ai eu des contacts avec quarante distinctes personnes sur leur vocation personnelle. Quelquefois, un tel contact était court et ne comprenait qu'une seule entrevue. Dans la plupart des cas, il s'agissait d'un accompagnement prolongé.

Cette augmentation est probablement causée par:

  1. La circonstance que la KNR est devenue plus connue
  2. Un revirement de la diminution de l'intérêt que suscite la vie religieuse

Quant à l'augmentation de l'intérêt, c'est probablement la croissance dans la société de la largeur d'esprit envers les phénomènes religieux, qui joue un rôle important. Pendant l'année passée, une diminution nette de l'âge moyen s'est présentée. Cela veut dire qu'il y a plus de candidats âgés entre 20 et 35 ans. Au même temps, un nombre considérable de personnes s'adressent à nous qui auraient voulu explorer leur vocation il y a très longtemps, mais qui s'en sont laissées retenir dans ces jours. Dans ces cas-ci, entre-temps l'âge est devenu un problème.

Un tour d'horizon

Les quarante personnes, indiquées en-haut, comptaient treize hommes (= 32 %) et vingt-sept femmes (= 68 %).

  • Classées par âge:
18-25 ans 9 personnes
26-35 ans 15 personnes
36-45 ans 6 personnes
46-55 ans 6 personnes
56-65 ans 1 personne
  • Classées par question initiale:
La vie religieuse classique 29 personnes (73%)
Vocation en général 9 personnes (23%)
Ordination (prêtres ou diacre) 3 personnes
  • Suite des contacts:
Renvoyées à un institut religieux - 16 personnes
Renvoyées à un mouvement ou communauté de laïques - 7 personnes
Renvoyées à un séminaire - 2 personnes
Manque d'aptitude ou aptitude pas encore développée - 4 / 6 personnes
Revoyées à une sorte d'accompagnement personnel - 15 personnes

La nécessité d'une réponse appropriée

La KNR, nous ne pouvons pas échapper à cette nouvelle réalité. Il faut que les questions devant lesquelles elle nous place, obtiennent non seulement une réponse neuve, mais avant tout, une façon neuve de trouver une réponse.

Quelques arguments:

  • Trop souvent nous entendons que certains candidats sérieux ont des difficultés à trouver une place qui leur convient. Pour cela, on peut indiquer plusieurs causes :
    • Les communautés qui expriment en public leur volonté d'accueillir de nouveaux membres (aux Pays Bas) sont rares.
    • Encore plus rares sont celles d'entre eux qui sont vraiment capables d'offrir une place où un nouveaux candidat puisse s'enraciner dans la vie religieuse.
  • En plus, les personnes qui ont une bonne vision du terrain et qui savent donner de bons conseils ne sont pas nombreux. C'est pourquoi les candidats sont souvent conseillés « d'aller trouver un autre endroit », sans qu'on leur donne des informations plus précises. Les candidats sont envoyé d'un endroit à l'autre. De plus en plus on leur renvoie à la KNR.
  • Dans les décennies passées, les couvents de moins et de moniales, et certains ordres tel que les Jésuites, les Carmes et les Franciscains, étaient presque seuls à accueillir de nouveaux candidats/-es. Plus récemment, on aperçoit un intérêt plus fort pour les congrégations de charisme apostolique.
  • La spiritualité, la culture et l'attitude envers l'église des jeunes gens qui se présentent à l'heure actuelle, souvent diffère nettement de la spiritualité etc. des communautés avec lesquelles nous sommes familiers.
  • De l'autre côté, les candidats ne connaissent guère les traditions de l'église, ce qui le rend difficile d'interpréter les expériences personnelles.

Implications pour la tâche de la Commission Appeler de la KNR

Le profil de la fonction de la Commission Appeler à la vie religieuse date d'un temps avant l'évolution de la situation qui a été décrite ici. C'est pourquoi, on n'a jamais réfléchi sur le rôle que la commission puisse jouer dans ce domaine. La vocation de la commission est « la réflection active sur le travail concernant les vocations, et le soutien à ce travail », mais ce travail même n'entre pas dans ses compétences. Par tradition, ce sont les instituts qui s'en occupent.

Certe, la demande de plus en plus croissante a engendré une certaine pratique, mais l'augmentation de ce travail rend nécessaire une réflection plus profonde sur notre politique.

C'est pourquoi la commission et son sécretaire nous rendons compte qu'il est nécessaire de renouveler nos activités. Tout ce que nous faisons doit servir au but d'encourager les vocations et d'accompagner ceux et celles qui expériencent une vocation à la vie religieuse.

En recherche de réponses concrètes

La commission continue à réflechir sur un offre commun d'un trajet (partiel) d'enracinement pour les instituts religieux qui n'ont plus les ressources pour organiser cela par soi-même. Est-ce que nous saurons offrir quelque chose de neuf, en collaboration étroite avec les instituts religieux qui font le choix d'adopter une telle approche, ou qui y sont invités. Est-ce que les centres de spiritualité existants, tels que l'École de la Spiritualité ou les noviciats existants encore, sont aptes à y contribuer? Pendant la période à venir, il faut encore développer une approche. On a déjà discuté une « Maison des Vocations », mais aussi un « pré-noviciat de nomade ». Le président de la KNR a mis sur le tapis l'idée d'un institut central de formation, pour les personnes qui montrent de l'intérêt pour la vie religieuse.

À l'avis de la commission, ce qui est nécessaire, sont des endroits reconnaissables:

  • où des personnes cherchantes aient l'occasion de partager leur motivation
  • où il y a les possibilités d'orientation et de formation primaires
  • où ces personnes trouvent des portes ouvertes
  • où nous, les religieux, les religieuses et la KNR puissions apprendre, dans les questions de ces personnes, à bien écouter la voix authentique de Celui qui nous appèle.


Traduction: Tom Boesten